Menu
01 85 53 26 87

Objet de votre demande

Informations personnelles

Clinique Les Fontaines - Résidence Le Dauphin
50 boulevard Aristide Briand
77000 Melun
01 85 53 26 87
Psychologue à Melun (77000 )
01 85 53 26 87
Clinique Les Fontaines - Résidence Le Dauphin
50 boulevard Aristide Briand
77000 Melun
Horaires
Du lundi au vendredi
De 9h30 à 19h
Le samedi
De 9h30 à 12h
Contactez-moi Prendre rendez-vous

Psychologue pour adolescent à Melun – Thérapie individuelle

La dépression chez les adolescents est un sujet que beaucoup considèrent encore comme tabou. Alors que près de la moitié des 12 à 18 ans subissent ce mal-être, rares sont ceux qui reconnaissent la gravité de leurs problèmes. Les parents, qui font difficilement le lien entre la dépression et l’état de tristesse de leur enfant, se retrouvent impuissants face à une situation qu’ils ont du mal à gérer. Ces difficultés apparaissent sur une période où l’adolescent se construit en tant que personne. L’état dépressif, qui a tendance à se généraliser sur cette tranche d’âge, peut nécessiter l’intervention d’un professionnel.
Accompagner des adolescents qui font face à des expériences formatrices difficiles est une des responsabilités que je prends en charge. C’est dans un cabinet de psychologie à Melun que j’apporte mon aide à de jeunes patients dépressifs. Situé 50 boulevard Aristide Briand à Melun, mon établissement est accessible depuis la route. Les places de stationnement à proximité peuvent être occupées par les clients que j’accueille sous rendez-vous. De 9h30 à 19h en semaine, et de 9h30 à 12h le samedi, mon assistante d’accueil a la possibilité de programmer vos rendez-vous au téléphone. Que vous soyez dans l’urgence ou que vous ayez seulement besoin de confirmer votre disponibilité, notre ligne téléphonique reste à votre disposition.
Psychologue pour adolescent à Yerres – Thérapie individuelle

Quand consulter un psychologue à l’adolescence ?

La dernière décennie a permis de mettre en avant les dangers de la dépression à l’adolescence. Les études épidémiologiques ont montré que le nombre de jeunes touchés par cette maladie psychique augmente exponentiellement. Les filles de moins de 18 ans y seraient plus sujettes que les garçons dans la même tranche d’âge. Ce que l’on appelle aujourd’hui « épisode dépressif majeur », initie une souffrance que ces jeunes patients ne parviennent pas toujours à gérer seuls. En dehors d’un état de tristesse intense, l’adolescent dépressif fait souvent face à un flot de pensées négatives, à une inhibition intellectuelle, ou encore à des troubles de l’appétit marqué. Hypersensible, difficilement accessible, l’adolescentqui en est encore au stade de l’exploration de sa personnalité, devient vulnérable, voire dangereux pour lui-même.
Consulter un psychologue pour adolescent constitue une solution que les parents envisagent comme un dernier recours. Dépassé par les problèmes de leurs enfants, ces derniers comprennent parfois trop tard l’utilité de faire appel à une aide extérieur. Mon expérience sur la santé psychique des adolescents m’a pourtant montré qu’une thérapie individuelle ne servira pas seulement à soigner un jeune patient dont la personnalité aura été altérée par des facteurs environnementaux complexes. Elle peut aussi être sollicitée à titre préventif, afin de gérer la crise de l’adolescence, bien avant qu’elle ne se présente. L’accompagnement d’un professionnel permettra à l’adolescent de verbaliser son ressenti, et de comprendre les possible causes de son mal-être.
Notons que celui-ci peut se manifester de bien des façons : troubles du sommeil, anhédonie, instabilité émotionnelle plus ou moins marquée, trouble du jugement, faible estime de soi, troubles comportementaux, repli sur soi… les troubles qui touchent les adolescents ne sont jamais les mêmes d’un cas à l’autre. Contrairement à une idée reçue, la dépression chez l’adolescent n’est pas seulement grave lorsqu’elle se manifeste par une violence verbale ou physique exacerbée. Le désinvestissement scolaire, les abus – qu’ils soient conscients ou non- représentent autant de signaux qui doivent alarmer les proches d’un adolescent en détresse.

Comment faire face à une dépression ou tristesse intense ?

Les causes de la dépression chez l’adolescent ne peuvent pas toujours être déterminés avec précision. Certains y sont plus vulnérables que d’autres, et se retrouvent rapidement dans un cercle vicieux qui peut avoir un impact négatif sur leur stabilité psychologique. Je peux cependant affirmer que la plupart des facteurs sont directement liés à l’environnement dans lequel l’adolescent évolue. Etablie en tant que psychologue à Melun j’ai également pu confirmer que les adolescents qui grandissent dans des conditions éprouvantes sont plus susceptibles de développer une dépression. Plusieurs causes peuvent être évoquées pour expliquer cet état : une vulnérabilité génétique, un environnement stressant, des évènements traumatisants, un état psychologique favorable au développement de la maladie… chaque patient réagit différemment aux éléments qui peuvent initier une forme plus ou moins avancée de dépression.
Les symptômes de la maladie varient tout autant d’un individu à l’autre. Si certains développent un sentiment de désespoir, une anxiété ou une agitation psychomotrice, d’autres exprimeront leur désorientation par des changements de poids marqués, une irritabilité stagnante, une perte d’énergie latente, ou une diminution récurrente des facultés de concentration. La psychologie analytique permet au praticien de comprendre ce qui peut causer l’état dépressif de l’adolescent. Grâce à cette approche, je peux aider mes jeunes patients à réaliser une introspection active, et les aider à mettre de mots sur les raisons de leurs souffrances. Soigner une dépression nécessite autant de patience que d’anticipation : mon rôle est de les accompagner dans ce combat, et d’initier un mode de pensée plus positif.

Perte de poids : surveiller les troubles du comportement alimentaire

Les adolescents dépressifs peuvent présenter un important trouble du comportement alimentaire. La gravité des TCA est difficilement reconnue par le patient, qui aura tendance à minimiser le problème. Il n’est pas rare qu’un adolescent en faible estime de soi développe une tendance à l’anorexie, ou des habitudes alimentaires qui se rapprochent de la boulimie. Détecter les TCA est devenu un véritable challenge pour les parents, qui constatent des changements d’habitudes alimentaires dont ils ne soupçonnent pas toujours l’importance.
Le refus obsessionnel et permanent de s’alimenter, la tendance à ingurgiter des quantités incontrôlées de nourriture, l’ingestion quasi-impulsive d’aliments sur une période très courte, les problèmes de poids… les TCA inquiètent par leur caractère récurrent. Je soigne les troubles alimentaires qui se déclarent à l’adolescence en association avec le « Pôle Obésité » de deux établissements hospitaliers. Ce type de cas demande une application active de la psychologie comportementale. Une prise de conscience et une thérapie centrée sur la personne de l’adolescent aidera le praticien à supprimer ces pathologies alimentaires.
Perte de poids : surveiller les troubles du comportement alimentaire

Quels sont les signes d’un trouble obsessionnel compulsif ?

Le trouble obsessionnel compulsif touche également une part importante d’adolescents. Cet état, qui se manifeste par une présence de compulsions et d’obsessions, est handicapant pour les jeunes chez lesquels il est généralement associé à un sentiment de détresse émotionnel. S’ils apparaissent généralement entre 8 et 18 ans, le manque de soins ou de suivis peut aggraver les obsessions. Ces troubles se définissent par des rituels que le patient ne peut s’empêcher de réaliser. Ces rituels, qui respectent une logique généralement numérique, obéit à un désir de satisfaire un besoin irrépressible de se « protéger » face à des facteurs externes qu’il ne peut contrôler.
Evaluer et identifier l’origine des TOC permet au praticien de trouver une démarche favorisant la guérison de l’adolescent. Les 50 € que vous déboursez pour 45 mn d’entretien ne vous dispense pas du rôle actif que vous devez prendre dans la guérison de votre adolescent. Celle-ci nécessite une implication de la famille, sans laquelle le jeune patient ne peut régler les problèmes auxquels il fait face. Mon rôle en tant que psychologue est de le rassurer, et d’offrir à l’adolescent la possibilité de se prendre en charge de façon effective.
Vous appréciez, partagez !
Bekaert-Maiga Julie Télèphone01 85 53 26 87
Adresse50 boulevard Aristide Briand
77000 Melun